MAX SAMUEL OBOUMADJOGO, Une lueur d’espoir pour les acteurs culturels.

MAX SAMUEL OBOUMADJOGO, Une lueur d’espoir pour les acteurs culturels.
Le 8 mars 2022, par décret du président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, le gouvernement a connu un nouveau remaniement à la faveur duquel plusieurs personnes ont fait leur entrée parmi elles, Max Samuel OBOUMADJOGO. Plus connu sous son pseudonyme Massassi, le rappeur a été nommé ministre délégué auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, du Transfert de technologies, de la Culture et des Arts. Une nomination qui ne manque pas de susciter des attentes de la part des acteurs culturels.
Le nouveau ministre délégué, qui aura en charge le volet Culture et Arts du gouvernement, Max Samuel OBOUMADJOGO est très attendu par les milieux de la culture. La grande famille des artistes et des acteurs culturels s’est grandement réjouie du choix porté sur l’ancien leader du groupe «mythique» de rap, Ha’yoe, pour conduire la politique culturelle de l’État. De nombreux chantiers l’attendent.

C’est lors de la passation de charges le 10 mars qu’il a été permis à Massassi, de son nom d’artiste rappeur, de se rendre compte de l’espoir qu’il incarne pour les artistes. En effet, pour marquer l’occasion, des membres éminents de la musique et de l’évènementiel ont fait le déplacement pour lui témoigner leur soutien et lui rappeler les défis majeurs qui l’attendent. Régis MASSIMBA, Angèle ASSELE, Arnold DJOUD, Ndjassi Ndjass, Yves Saint OYONO lui ont notamment rappelé que le bien-être des artistes gabonais dépend désormais de sa réussite.

En réponse, Max Samuel OBOUMADJOGO n’a pas manqué d’exprimer à ses « frères » sa volonté de bien faire, non sans avouer que leurs différentes attentes à son endroit constituent pour lui « une pression supplémentaire ». Une pression qui tient de ce que depuis des années, la loi sur le Statut de l’artiste en République gabonaise n’est toujours pas promulguée du fait de son vote en des termes non identiques par les deux chambres du Parlement. L’autre chantier auquel les artistes souhaitent voir le nouveau membre du gouvernement s’atteler est lié à la redynamisation du Bureau gabonais des droits d’auteurs (BUGADA). « Je n’ai pas le droit à l’échec. On attend de moi des miracles. Je vais essayer de faire ce que je peux » s’est-il engagé.

Conseiller du président de la République, le nouveau ministre délégué, qui a aussi été chargé de la communication et des affaires sociales auprès de l’ex-Coordinateur général des affaires présidentielles, est pour beaucoup l’homme idéal pour permettre au secteur culturel de connaître des changements majeurs pour l’avenir.
Haïlée M.D.

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision