AWAX MUSIC SCHOOL, L’ambition de former des musiciens made in Gabon

AWAX MUSIC SCHOOL, L’ambition de former des musiciens made in Gabon
Née de la passion de deux jeunes gabonais pour la musique et leader dans la formation musicale au Gabon depuis plus d’une décennie, AWAX MUSIC SCHOOL est une école de musique qui ambitionne d’offrir aux populations de toutes les couches sociales des formations pratiques et théoriques dispensées par des professionnels de renommé national, dont certains sont reconnus hors des frontières du pays.
ENOROMI MAGAZINE
Comment est née Awax Music School ?
Kevin MINTSA MEBALE
Awax Music School voit le jour le 17 février 2008 du fait de la passion pour la musique de deux frères, Kevin MINTSA MEBALE (moi) batteur, et Steven ABAGA ABAGA, bassiste. En ce qui me concerne, je suis âgé de 34 ans, diplômé d’un Master de l’École normale supérieure (ENS) en Musique et Musicologie depuis 2015. En 2016, j’obtiens le Certificate of Completion de Berklee College Music of Boston. En 2017 une Attestation de formation intensive au Centre africain d’études en gestion en Business & Entrepreneurship du centre régional de leadership de l’ouest-Dakar.
ENOROMI MAGAZINE
D’où vous est venue l’idée de ce projet ?
Kevin MINTSA MEBALE
Cette volonté de mettre en place un établissement musical ne part pas de rien. Il s’agit plutôt d’un projet ayant nécessité une longue étude renforcée par un constat accablant fait sur la qualité de la musique au Gabon. De ce fait, l’idée, disons « la vision », nous est venue de concevoir une structure musicale dont l’objectif serait de former des hommes et des femmes de tous âges, capables à leur tour d’être des mentors susceptibles d’enseigner eux aussi. Nous croyons que la grandeur d’une nation, d’un pays et/ou d’un continent reste dans la capacité à former des hommes et des femmes ayant des aptitudes dans un domaine particulier ; ici le domaine musical. Et que l’investigation musicale serait une pierre à l’édifice pour prôner le dialogue à une échelle internationale.

Nous voulons également par cette activité proposer une voie de réussite à la jeunesse gabonaise, mais plus encore à la jeunesse africaine en général.
ENOROMI MAGAZINE
Quelles sont les spécificités de la formation offerte par Awax Music School
Kevin MINTSA MEBALE
Awax Music School propose à ses apprenants des cours de : Batterie, percussions, piano, basse, guitare, chant (techniques vocales). Saxophone, clarinette, trompette, violon, flûte traversière. Depuis trois ans, nous avons intégré dans nos formations des instruments traditionnels, à savoir : la cithare, le Moungongo, le N’kul et le N’djembé.

Au programme de nos formations, nous avons des cours de performances, du solfège et la théorie musicale, la pratique collective, l’improvisation, l’harmonie, la rencontre artistiques, des masters-class, des sorties pédagogiques et des spectacles de fin d’année pour la restitution.

Nous avons également un programme pour les enfants de 3 à 5 ans dénommé « Éveil musical et découverte ». Il s’agit d’un programme qui permet au tout petit de se familiariser avec l’univers musical via la pratique des diverses percussions, le chant choral, la flûte et des activités collectives pour favoriser leur intégration et leur socialisation.
ENOROMI MAGAZINE
Qu’est-ce qui fait la différence entre votre école et une autre ?
Kevin MINTSA MEBALE
Awax Music School a cette particularité de ne pas imposer une orientation artistique à ses apprenants. Nous sommes pour eux des guides, des facilitateurs. Nous les accompagnons dans la réalisation de leurs rêves et projets artistiques dans un premier temps. Dans un second temps, nous les mettons tout de suite en situation réelle, c’est-à-dire via nos programmons rythmés par des sorties pédagogiques et des rencontres artistiques. Ils font très vite la connaissance de l’environnement artiste, pour cerner le plus tôt possible les rouages et les exigences du monde du spectacle.

Pour finir, nos formations sont certifiantes et nous prévoyons d’intégrer des réseaux d’écoles de musique en Europe et aux États-Unis, pour permettre à nos étudiants de découvrir d’autres horizons et approches musicales
ENOROMI MAGAZINE
Selon vous, quelles sont les clefs pour façonner un bon musicien ?
Kevin MINTSA MEBALE
Selon moi, la clef pour façonner un bon musicien est d’entrée de jeu la formation. Je dirais même la bonne formation. Voyez-vous, à Awax Music School, nous ne formons pas des musiciens pour en faire des robots, mais plutôt nous mettons dans notre approche pédagogique l’importance du développement de la créativité du musicien, développer sa sensibilité au monde musical qui l’entoure, la capacité d’improvisation, d’adaptations et surtout l’ouverture d’esprit. Voilà pourquoi nous développons en lui des éléments très importants tels que la posture, la technique, la musicalité et l’engagement musical.
ENOROMI MAGAZINE
Quels est actuellement le statut des musiciens au Gabon ? Sont-ils victimes du chômage en dépit de la formation reçue par certains d’entre eux ?
Kevin MINTSA MEBALE
C’est une question très intéressante et sensible à la fois (rire). Mais pour être plus sérieux, je dirais qu’au Gabon, le musicien, disons l’artiste en général, n’a pas encore un statut et c’est également l’une de nos batailles en tant qu’acteur culturel œuvrant dans plusieurs associations artistiques avec mes collègues. Nous sommes dans cette bataille auprès de nos autorités afin d’obtenir le statut de l’artiste gabonais. Pour le moment, ce n’est pas le cas, et donc la lutte se poursuit jusqu’à satisfaction. Pour contourner cette situation, à Awax Music School nous avons signé des partenariats avec certains orchestres, grosses structures de sonorisation du pays afin d’offrir des stages à nos apprenants à la sortie de leur formation à l’école de musique. Et ça marche plutôt bien jusqu’à présent.
ENOROMI MAGAZINE
La crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a-t-elle affecté votre manière de travailler, vos marges, les rapports avec la clientèle ? Si oui, dites-nous comment et quelle stratégie avez-vous mise en place pour y faire face ?
Kevin MINTSA MEBALE
Nous avons effectivement été touchés par cette pandémie, ce qui nous a amenés à nous réorganiser. Une réorganisation qui s’est notamment fait au niveau de la planification des cours, car nous avons dû mettre en place l’option des cours à domicile, des cours en présentiel de moins de 10 personnes en salle afin de respecter les mesures barrières. Nous avons intégré des cours à la carte. Ça n’a pas été facile du point de vue logistique, mais nous avons dû réduire la main-d’œuvre en nous concentrant sur l’essentiel et discuter avec notre bailleur pour être plus souple sur le mode de règlement du loyer. Situation très très difficile, mais nous nous en sommes bien sortis grâce à une équipe dynamique et soudée.
ENOROMI MAGAZINE
2008-2022, soit 14 ans après, quels noms Awax Music School a-t-elle révélés à la scène musicale nationale ?
Kevin MINTSA MEBALE
Nous avons sorti plusieurs talents qui ont d’ailleurs valablement représenté le Gabon sur des scènes internationales comme The Voice Afrique francophone. C’est le cas de Grâce N’TO. Fasten, Francis charmeur et bien d’autres qui évoluent aujourd’hui en Afrique du Sud, tels que Youri EDABANGA et Esthétique. Il y en a également qui évoluent dans les plus grandes chorales des églises du pays ou dans des orchestres bien connus du public gabonais.
ENOROMI MAGAZINE
Si vous aviez un conseil à donner à un jeune entrepreneur, lequel serait-ce ?
Kevin MINTSA MEBALE
Si j’avais un conseil à donner à un entrepreneur, ce serait de lui dire d’être endurant, persévérant et constant dans son activité, malgré les difficultés auxquelles il fait face. Mais aussi de ne pas arrêter de suivre des formations dans la gestion d’une entreprise et des formations transversales qui contribueront à lui permettre d’avoir une très bonne lecture de son affaire. Et enfin, l’exhorter à fonctionner en réseau et non seul.
ENOROMI MAGAZINE
Si vous aviez une baguette magique, qu’est-ce que vous changeriez dans le domaine de la musique au Gabon ?
Kevin MINTSA MEBALE
Si j’avais une baguette magique pour changer les choses dans le domaine de la musique au Gabon, je commencerais par définir un cadre juridique pour les artistes donc le statut de l’artiste gabonais, ensuite régler le problème des droits d’auteurs. Recenser tous les acteurs culturels du pays afin d’avoir une base de données pour mieux gérer et organiser ce milieu artistique.
Propos recueillis par
Sveltana ADAH MENDOME

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision