OLIVIER ONA, L’homme digital aux multiples casquettes.

OLIVIER ONA, L’homme digital aux multiples casquettes.
Bénéficiant d’une certaine notoriété sur les réseaux sociaux qu’il décortique chaque semaine sur son blog Onaparle.tech, Olivier ONA n’est pas que blogueur. Depuis une dizaine d’années, l’homme est multiple. Entrepreneur du Web, il cumule sa fonction de Senior Digital Coordinator chez Airtel Gabon avec ses activités de Business Developer et de spécialiste des jeux numériques. Le professionnel en Comnunity Management qui multiplie les interventions sur les médias gabonais a bien voulu se livrer à nos lecteurs.
ENOROMI MAGAZINE : Senior digital à Airtel Gabon, community manager, blogueur, enseignant vacataire … qui est finalement Olivier ONA ? Quel est son parcours ?
OLIVIER ONA
On ne me l’avait jamais posée celle-là (rire). Mon nom complet est Brice Olivier ONA NSO, tombé dans le numérique en 2008 à Dakar au Sénégal où je poursuivais mes études.

À vrai dire, je m’ennuyais en cours à cette période-là, car le vent du numérique avait déjà pris le marché, mais pas encore les programmes de formation. Or, en Master 1, je m’émerveillais déjà pour tout ce qui avait trait aux startups et à l’ère des réseaux sociaux. Il faut rappeler que Facebook n’avait pas encore 10 ans d’existence. Et à l’époque, j’étais déjà patron d’une startup spécialisée dans le développement d’applications mobiles, consultant pour des agences de communication sénégalaises et enseignant vacataire en Community Management pour ETICCA Dakar, une Business School du Sénégal.

Je sentais bien que le vent tournait et que les métiers classiques prenaient déjà du plomb dans l’aile, car à l’origine je venais au Sénégal pour un Master en Management de la qualité. J’ai vite compris que le numérique, c’était l’avenir avec le challenge permanent qui le caractérise, et qui tient à un principe : ne jamais dormir sur ses acquis, accepter de sortir de sa zone de confort continuellement au risque de devenir «has been».
ENOROMI MAGAZINE : Présentez-nous le blog ‘‘Onaparle. tech’’. Quels services offre cette page?
OLIVIER ONA
Douze ans après mes études, j’ai toujours voulu partager mon expérience aux plus jeunes d’une part et aux entreprises courageuses d’autre part. D’où le choix d’officier également en tant qu’enseignant vacataire à l’Université franco-gabonaise Saint-Exupéry en communication digitale et Senior digital coordinator pour Airtel Gabon.

En gros le blog www.onaparle.tech est une plateforme ou je décrypte l’usage du numérique par les Gabonais et les entreprises du Gabon. J’y parle des tendances qui marchent, les initiatives intéressantes des créateurs de contenus et des marques sur le digital au Gabon et surtout, je parle des tendances à venir afin que chacun se prépare à prendre le train.

Il faut dire qu’au fil du temps, le blog se bonifie et je comprends de plus en plus l’internaute gabonais. L’avantage que j’ai, en plus d’une longue expérience, c’est surtout le fait d’être salarié. En effet, en étant dans un marché hyper concurrentiel qui nous invite à réagir H24 et 7J/7, l’esprit reste affuté et toujours au diapason des best practices côté digital.
ENOROMI MAGAZINE : Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans les TIC ?
OLIVIER ONA
J’ai senti le vent tourner et je me suis beaucoup remis en question. J’ai d’ailleurs beaucoup été aidé par l’école de Commerce dans laquelle j’étudiais, car j’y ai fait de belles rencontres. Un de mes professeurs, quelqu’un pour qui j’ai beaucoup de considération et de respect, m’invitait à choisir une zone géographique dans le monde et d’en devenir un spécialiste. Bien évidemment j’ai ciblé l’Amérique du Nord et tout de suite je suis tombé sous le charme des entreprises du Nasdaq.

Je me suis surtout rendu compte à ce moment que les startups avaient un niveau de croissance jamais égalé par les entreprises classiques, et que si nos États trouvaient la bonne formule, l’Afrique, au regard de son marché intérieur, pouvait véritablement devenir une puissance. Voyez-vous, une startup est orientée vers les services dématérialisés, donc pas besoin d’apports en industrie, surtout dans sa phase d’amorçage. Il suffit d’un ordinateur portable bon marché, d’un Smartphone et d’une connexion Internet pour «disrupter» l’écosystème depuis sa chambre.

À partir de là, je me suis dit que je devais changer de paradigme dans ma volonté de réinventer mon avenir.
ENOROMI MAGAZINE : Comment décririez-vous la journée de M. Olivier ONA, entre son travail à Airtel Gabon, ses interventions devant les étudiants et son activité de blogueur ? Plutôt mouvementée ou plutôt calme ?
OLIVIER ONA
Mon entourage s’en plaint d’ailleurs. Ma journée type se passe la tête plongée sur mon smartphone et mon PC de 7 heures à X heures. Je suis quelqu’un d’hyperactif qui s’ennuie très vite et entre mon job à Airtel qui prend 80% de mon temps, la veille pour scruter le Web et les nouvelles tendances, les sujets buzz du jour, la construction des articles pour mon blog, l’accompagnement d’étudiants pour des mémoires (j’en reçois de partout en Afrique francophone et même du Canada en 2018), les invitations à des conférences en ligne aux quatre coins du monde, mon combat pour la mise en lumière du gaming et du e-sport en Afrique comme facteur de développement, mes participations dans des projets d’entreprises comme investisseur, oui je l’avoue j’ai des journées très mouvementées !

Et elles ne se ressemblent jamais en tous points, mais je n’ai pas à me plaindre. Au contraire, j’ai la chance de vivre mon métier à fond sans baisse de tension, et ce depuis douze ans maintenant.
ENOROMI MAGAZINE : Comment vous présenteriez-vous avec ces différentes activités ? Employé, entrepreneur, les deux ou ni l’un ni l’autre ?
OLIVIER ONA
Le vrai débat ! (rire) Vous savez, je n’en sais rien. Je pense juste que ce tout fait de moi l’homme que je suis, car en vérité, l’homme a besoin de plusieurs choses pour s’épanouir : un boulot stable et des activités annexes qui dans le fond ne se font pas concurrence, mais se rejoignent et permettent un certain équilibre psychologique.

En même temps, si je suis employé et entrepreneur au final c’est notre pays qui gagne, non ? Je paierai doublement l’impôt (rire).
ENOROMI MAGAZINE : S’il fallait abandonner une de vos activités professionnelles pour quelque raison que ce soit. Laquelle serait-elle?
OLIVIER ONA
Je vais vous surprendre, mais j’arrêterai tout en même temps. (rire) Si je pouvais le faire oui, mais la passion est encore là et cet équilibre m’est bénéfique. Cela fait douze ans que je nage dans le numérique via mes différentes activités et le besoin de passer à autre chose arrivera tôt ou tard comme le fait que je sois à Airtel qui est pour moi l’opérateur le plus ambitieux qui soit en termes d’innovation, alors pourquoi le quitterais-je ?

Le cadre est idéal côté épanouissement professionnel et mes activités personnelles sont loin de mes missions en entreprise. Mais comme j’ai toujours une longueur d’avance sur mes propres pensées (rire), je pense déjà à demain ; et demain sera loin de mon Smartphone et de mon ordinateur portable.
Propos recueillis par
Damien Le Grant

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision