OLIVIER EBOME NZENG, Un artiste à la quête permanente du beau.

OLIVIER EBOME NZENG, Un artiste à la quête permanente du beau.
À 32 ans, Olivier EBOME NZENG est devenu l’un des plus célèbres de l’univers artistique gabonais par le canal de son studio « EZ Images ». Agent de la fonction publique gabonaise, photographe et vidéaste, le jeune prodige, fils de la légende Pierre-Claver NZENG EBOME, est une explosion de talent. Depuis 2014, ses prises de vue émerveillent la toile, mettant en scène le beau et l’esthétique, surtout chez les femmes gabonaises. Nous sommes allés à sa rencontre pour apprendre un peu plus sur son quotidien en équilibre entre fonction publique et entrepreneuriat.
ENOROMI MAGAZINE : La photographie est un domaine très prisé au Gabon. Comment vous êtes-vous lancé et qu’est-ce qui, selon vous, vous a permis de vous distinguer depuis le lancement de votre structure Ez Images ?
Olivier EBOME NZENG
Comme j’ai coutume de le dire sur mon histoire, je n’ai pas choisi la photographie, mais c’est elle qui m’a choisi. Elle est venue à moi au moment où j’arpentais une autre voie artistique (la musique). J’ai acheté un appareil à l’époque pour réaliser des photos et vidéos pour le groupe auquel j’appartenais sans intention réelle d’approfondir la chose. Je dois dire que je me suis fait surprendre par la passion au bout de quelques clichés. Mes premiers modèles étaient les membres de ma famille.

Quand je me suis aperçu que mon travail plaisait, j’ai décidé, en autodidacte, de me perfectionner en acquérant des connaissances théoriques et techniques sur le domaine. Je pense donc que mon abnégation, la persévérance et le sérieux m’ont permis de me distinguer en dehors du don.
ENOROMI MAGAZINE : Dans la plupart de vos photographies, vous misez beaucoup sur la femme et ses courbes. Cela ne vous a pas attiré beaucoup de foudres de la part de la gent masculine ?
Olivier EBOME NZENG
En réalité, je n’attache aucune importance aux considérations non artistiques. Car, il ne s’agit que d’art. Il se trouve que ma sensibilité artistique est axée sur la femme. C’est l’être que je parviens le mieux à mettre en valeur. Évidemment, il y a quelques réactions charnelles de la part de certains hommes, mais je n’y prête pas attention si elles ne rentrent pas dans le cadre de ma critique artistique
ENOROMI MAGAZINE : À l’ère du numérique, plusieurs personnes investissent sur leur image aujourd’hui. Pouvez-vous nous dire comment estimer vous le coût d’un shooting photo ou le prix d’un spot publicitaire ?
Olivier EBOME NZENG
Il est difficile de fixer un montant de manière aléatoire, car plusieurs paramètres sont à prendre en compte dans le processus de détermination du prix, le premier étant la compétence intrinsèque. Il s’agit là de la maîtrise de l’outil et de la qualité du rendu que l’on est capable de livrer. Par la suite, il y a le matériel utilisé, puis les attentes du client. Chaque commande étant unique, la logistique afférente l’est tout autant. Ce n’est qu’en prenant tous ses éléments en compte qu’il est possible d’asseoir un prix pour une prestation spécifique
ENOROMI MAGAZINE : À chaque coin de carrefour, nous trouvons des photographes, disponibles également pour couvrir des mariages et autres événements. Cette vague de nouveau talent avec ses prix adaptés à toutes les poches ne vous vole pas quelques fois certaines parts de marché ?
Olivier EBOME NZENG
Le marché de la photographie est très vaste et en plus de cela, il existe plusieurs types de photographie. Il y a de place pour tout le monde. La véritable différence entre la catégorie de photographes que vous identifiez et celle à laquelle j’appartiens se situe au niveau de l’aspect qualitatif. Le rendu de mon travail vise une clientèle qui a, j’en suis convaincu, une exigence particulière sur la qualité du travail rendu. Je n’ai donc pas de crainte à ce niveau.
ENOROMI MAGAZINE : Vous êtes salarié et entrepreneur, comment arrivez-vous à gérer le temps entre vos missions professionnelles, la prise de photos et la postproduction ?
Olivier EBOME NZENG
Tout est une question d’organisation en général. Je sais faire la part des choses et j’ai le sens des priorités. Je ne prends aucun engagement que je ne suis pas capable d’assumer en général. Pour l’instant, les deux mondes se chevauchent bien que l’aspect professionnel soit prioritaire.
ENOROMI MAGAZINE : La Covid-19 a un impact considérable sur les événements à grande échelle et surtout sur les prestataires de service. Durant cette période réussissez- vous à avoir des contrats ?
Olivier EBOME NZENG
La Covid-19 a considérablement affecté les activités économiques en général et la photographie en particulier. Ne pouvant opérer comme en situation normale il fallait réfléchir à des formules nous permettant de ne pas nous faire aspirer par la conjoncture. Bien qu’ayant continué nos activités, il est évident qu’elles ont subi de sérieux dommages.
ENOROMI MAGAZINE : Quelles sont vos perspectives pour cette année 2021 ?
Olivier EBOME NZENG
Je suis dans une perspective d’amélioration continuelle. C’est pourquoi je prévois avant tout de me former davantage sur un plan technique. Cependant, sur le plan artistique, je suis tenté par la réalisation d’une exposition.
ENOROMI MAGAZINE : Vous avez à votre actif plus 6 ans d’expertise dans le domaine de l’audiovisuel, si vous teniez un discours aux jeunes artistes dans votre domaine, que leur diriez-vous ?
Olivier EBOME NZENG
Si, je pouvais m’adresser aux plus jeunes, je leur dirais que le talent et le don ne sont pas gage de réussite. À cela il faut associer la rigueur, la constance, la passion et la patience. En étant concentré, persévérant et humble, on force la chance à nous sourire.
Propos recueillis par
Aude SHARYS

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision