NATACHA MUSUNDA IKINDA NKOLO

NATACHA MUSUNDA IKINDA NKOLO

Une manière particulière de sublimer le fruit

Titulaire d’un Master en Droit et Administration publique de l’Université Paris XIII et d’un diplôme de clerc de notaire, Natacha Musunda IKinda Nkolo ferait des jaloux parmi les étudiants qui voudraient décrocher autant de diplômes qu’elle. Pourtant, piquée par les épines d’un corossol et alléchée par l’odeur d’une mangue du Gabon, cette jeune compatriote ne pratique aucun des métiers pour lesquels elle semblait destinée. Employée dans le secteur public, «Tasha», mère de quatre enfants, est une artiste dans le domaine culinaire et une chef d’entreprise dont les journées sont « très mouvementées ».
ENOROMI MAGAZINE : Employée dans le secteur public, artiste dans le domaine culinaire et chef d’entreprise… qui est finalement Natacha Musunda IKinda Nkolo ? D’où vient-elle ?
NATACHA MUSUNDA
Je suis une Gabonaise âgée de 36 ans originaire du sud du Gabon. Je suis issue d’une famille nombreuse de neuf enfants. Ma soeur jumelle et moi occupons le 4e rang.

Nous avons été élevés par des parents qui ont toujours su nous inculquer les valeurs chrétiennes, mais encore qui ont toujours su nous apprendre quelles sont les armes de la vie, la notion de travail. Aujourd’hui je peux être fière de l’éducation que j’ai reçue, car elle me permet de me distinguer des autres.

Je suis titulaire d’un Master en Droit et administration publique de l’université Paris XIII et d’un diplôme de clerc de notaire. Aujourd’hui loin de tout ce que j’ai pu étudier, je n’exerce pas dans le domaine pour lequel je pensais être destinée. Et contre toute attente je suis tombée amoureuse de l’univers du fruit.
ENOROMI MAGAZINE : Présentez-nous Fruit & Vegetable Art by Tasha. Quels services offre cette entreprise ?
NATACHA MUSUNDA
Fruit & Vegetable Art by Tasha est une petite structure qui offre des créations à base de fruits frais. Nous avons débuté il y a deux ans avec la vente de salades de fruits au bureau, puis ma curiosité et mon ouverture d’esprit m’ont poussé à découvrir le #FRUITART. Une manière particulière de sublimer le fruit tout en mettant toujours en avant la notion de bien-être.

Ainsi, les fruits sont présentés de manière artistique sous diverses compositions (plateaux de fruits, bouquets de fruits, paniers de fruits, brochettes de fruits, sculpture sur fruits...).

Tout récemment, j’ai été coorganisatrice d’une formation de fruitcarving avec l’aide d’un couple de FruitArtist originaire du Bénin.

Et pour élargir nos offres, il y a peu de temps, nous avons lancé la gamme #Vegetable #(légumes /crudités) pour répondre à la demande de certains clients désireux de voir sur leurs buffets ce type de produits présentés de manière originale.
ENOROMI MAGAZINE : Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’entrepreneuriat ?
NATACHA MUSUNDA
Ce qui m’a poussé à me lancer dans l’entrepreneuriat. C’est tout d’abord le besoin de vouloir augmenter ses sources de revenus. Et aussi le fait d’avoir à mes côtés dans ma vie personnelle un entrepreneur. Oui, cela m’a réellement boostée.
ENOROMI MAGAZINE : Comment décririez-vous la journée de Mme Natacha Musunda Ikinda Nkolo ? Plutôt mouvementée ou plutôt calme ? Racontez-nous.
NATACHA MUSUNDA
Mes journées sont très mouvementées, car au-delà de ces différentes activités que j’exerce j’ai une famille à charge avec quatre enfants. Heureusement, je peux compter sur l’aide de mon entourage pour me filer un coup de main.

Mais encore, au regard de l’activité qui se développe un peu plus, le besoin de se faire assister était plus qu’évident, et cela m’allège considérablement.
ENOROMI MAGAZINE : Comment parvenez-vous à concilier les deux activités ?
NATACHA MUSUNDA
Il faut bien faire la part des choses, car les deux activités que j’exerce sont toutes aussi importantes à mes yeux. Avec la répartition des tâches au sein de mon activité parallèle, et mes engagements au niveau de mon emploi, je parviens à trouver le parfait équilibre.

Bien que cela ne soit pas très évident dans la pratique. Mais avec le temps on y parvient.
ENOROMI MAGAZINE : S’il fallait abandonner une de vos activités professionnelles pour quelque raison que ce soit. Laquelle serait-elle ?
NATACHA MUSUNDA
La question ne se pose pas, car mon activité parallèle est le fruit de ma passion, et la passion elle vit en nous.
ENOROMI MAGAZINE : Comment votre entreprise traverse- t-elle la crise due au coronavirus ?
NATACHA MUSUNDA
La crise due au Covid-19 affecte particulièrement notre activité qui enregistrait plus de commandes dans le secteur des prestations événementielles notamment durant la saison hot des mariages, etc.

Aujourd’hui vu les restrictions et les mesures barrières recommandées par les autorités, beaucoup d’événements ont dû être reportés, ce qui aura un réel impact négatif sur notre activité.

Toutefois, il nous appartient de réfléchir en envisageant de maintenir le cap malgré ces événements.
Propos recueillis par Damien Le Grant

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision