JULIA OGOUEBANDJA, Une femme pleine d’ambitions.

JULIA OGOUEBANDJA, Une femme pleine d’ambitions.
Son quotidien est celui d’une mère aimante et d’une patronne au caractère bien trempé. Passionnée dès son jeune âge par un secteur d’activité en apparence masculin, Julia OGOUEBANDJA a lancé en 2017 Jo Architecture et Design, un cabinet d’architecture qui commence à se faire un nom et une place sur le plan national. Ne reculant devant aucune ambition, fût-elle grande, cette mère de famille s’est lancé un nouveau défi en 2018 : ouvrir un fast-food à Libreville, le Black Burger. En dépit du contexte de double crise économique et sanitaire actuelle, elle nourrit l’ambition d’en faire une marque et travaille actuellement sur son extension.
ENOROMI MAGAZINE : L’architecture reste un secteur à forte coloration masculine. À quel moment avez-vous décidé d’en faire votre profession ?
Julia OGOUEBANDJA
C’est par passion et avide d’apprendre que j’ai choix de devenir architecte. Un challenge que je relève tous les jours en tenant compte du contexte masculin imprimé à ce secteur. Je me suis lancée dans un domaine pas évident pour une femme. Seulement, il ne suffit pas d’en être conscient. Chaque jour, voir une femme sur les chantiers ou lors d’une grande réunion avec des développeurs n’est pas si courant. J’ai voulu ainsi prouver que les femmes aussi pouvaient briller dans ce domaine. C’est un métier exaltant et plein de défis qu’il faut relever au quotidien.
ENOROMI MAGAZINE : En tant que femme, n’êtes-vous pas confrontée à des remarques sexistes liées notamment à votre choix de métier ? Si oui, comment les gérez-vous au quotidien ?
Julia OGOUEBANDJA
Trop souvent, on me demande pourquoi j’ai choisi ce métier. Chaque jour, je dois rappeler à quelqu’un que je suis en fait une architecte. Et parfois pas seulement une architecte, mais l’architecte… Je ne suis pas un homme, je porte des lunettes noires et des talons. Les ouvriers se demandent parfois si je suis l’assistante, la décoratrice ou la stagiaire. Ce n’est généralement qu’à la troisième réunion que l’équipe du projet me demande les réponses aux problèmes d’architecture. Néanmoins, ça me motive à bosser plus dur.
ENOROMI MAGAZINE : De votre expérience de terrain, qu’est-ce qui justifie le fait que les Gabonais ne sollicitent pas, en majorité, les architectes pour la construction de leurs maisons ?
Julia OGOUEBANDJA
Pour la plupart des Gabonais, ils se disent que les frais d’un architecte sont trop élevés. Les architectes sont là pour vous guider et vous aider à constituer votre budget. En faisant appel à un architecte, vous obtenez un projet sur mesure que vous n’aurez pas à recommencer par la suite.
ENOROMI MAGAZINE : Outre votre casquette d’architecte, vous êtes aussi la fondatrice d’un fast-food, Black Burger. Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cette entreprise ?
Julia OGOUEBANDJA
Une envie particulière de développer une chaîne de fast-food en Afrique made in Gabon. Bien évidemment, mon amour pour la cuisine a également joué un grand rôle. J’aime faire la cuisine et je voulais partager cette passion.
ENOROMI MAGAZINE : Le Black Burger propose-t-il toute la panoplie de la restauration rapide ou se limite-t-il aux hamburgers comme son nom l’indique ? Proposez- vous d’autres produits ?
Julia OGOUEBANDJA
L’idée du Black Burger était de créer plusieurs types de burgers avec les saveurs faites maison. Les burgers sont donc nos produits phares, ayant chacun leur particularité. Néanmoins, il y a plusieurs autres produits que les burgers, il faut venir pour découvrir. (Rires). Nous essayons de satisfaire l’ensemble des attentes de nos clients.
ENOROMI MAGAZINE : La Covid-19 a fortement impacté le secteur de la restauration. Quelles ont été vos solutions pour faire face à la crise ? Quels sont les résultats à ce jour ?
Julia OGOUEBANDJA
Inventer de nouveaux canaux de vente, penser de nouvelles façons de communiquer, garder le lien avec notre clientèle, faire preuve de solidarité... De nombreux métiers ont été poussés à revoir de fond en comble leur fonctionnement. Se réinventer est devenu une nécessité. Les livraisons à domicile ont sauvé le restaurant.
ENOROMI MAGAZINE : Quels sont vos perspectives pour l’année 2021 ?
Julia OGOUEBANDJA
Au vue de la crise sanitaire qui est toujours présente à ce jour, nous restons tous dans l’incertitude en espérant de beaux jours devant nous.
ENOROMI MAGAZINE : En tant que femme et entrepreneure, quel conseil donneriez-vous à celles et ceux qui hésitent encore au-delà d’un emploi rémunéré à s’ouvrir à l’entrepreneuriat ?
Julia OGOUEBANDJA
l faut tout d’abord être passionné. Il faut savoir accepter les défaites, les échecs et rebondir dessus. Il faut également savoir accepter les critiques et ne jamais se décourager, jamais. La persévérance paie en tout et pour tout. « Quand tout semble être contre vous, souvenez-vous que l’avion décolle face au vent, et non avec lui », disait Henry Ford.
Propos recueillis par
Aude SHARYS

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision