CARINE ILAMA, L’art de concilier altruisme et entrepreneuriat.

CARINE ILAMA, L’art de concilier altruisme et entrepreneuriat.
Partie du Gabon pour le Sénégal où elle y a poursuivi ses études de Droit commencées à l’Université Omar Bongo (UOB), Carine Edna ILAMA KASSA se fait peu à peu une place dans le pays de la Téranga, particulièrement dans le domaine du coaching des étudiants. Calée dans son domaine, la jeune gabonaise diplômée en Droit privé et en Gestion juridique des affaires a décidé d’en faire une source de revenus à côté de son activité professionnelle dans une agence de communication à Dakar et ses différentes occupations en tant qu’entrepreneuse dans le commerce en ligne.
ENOROMI MAGAZINE : Qui est Mlle Carine Edna ILAMA KASSA pour nos lecteurs et le public qui ne la connaissent pas encore ?
Carine Edna ILAMA KASSA
Mademoiselle Carine Edna ILAMA KASSA est une jeune dame née le 8 novembre 1986 à Libreville au Gabon et ayant fait ses classes à Saint-Louis de Port-Gentil, ainsi qu’au lycée Thuriaf Bantsantsa où elle a obtenu son baccalauréat. Un diplôme qui m’a permis de m’inscrire en faculté de Droit à l’Université Omar Bongo, à Libreville. Là, j’ai effectué mon cycle Licence. Mais c’est finalement au Sénégal que j’ai terminé mes études, avec l’obtention d’une Licence en Droit privé et un Master en Gestion juridique des affaires.
ENOROMI MAGAZINE : À quoi peut ressembler une journée dans la vie de Carine ILAMA ?
Carine Edna ILAMA KASSA
J’évolue dans un domaine diamétralement opposé à ma formation et cela grâce à ma capacité d’adaptation. En effet, je suis Assistante de direction dans une agence de communication à Dakar. Étant le bras droit de ma patronne, j’assure l’aspect organisationnel de la structure.

Parallèlement, j’endosse la casquette de coach pour étudiants. Plus spécialement, j’interviens dans l’accompagnement des nouveaux étudiants et ceux inscrits en Master (juristes) dans la rédaction de leur mémoire de fin d’études. Et pour concilier ces différentes occupations auxquelles il faut ajouter celles liées à quelques-unes dans le commerce, il m’est nécessaire de planifier des publications sur ma page personnelle et à prospecter. C’est ainsi chaque début de semaine
ENOROMI MAGAZINE : Pourquoi faire le choix du coaching au profit des étudiants ?
Carine Edna ILAMA KASSA
C’est à la suite d’un constat, d’une réflexion et d’une préparation que j’ai décidé d’endosser la casquette de coach. En effet, travaillant beaucoup au sein de ma communauté dans le cadre de tutorat - j’ai été responsable de la Commission culturelle de l’amicale des étudiants gabonais de l’Université Dakar Bourguiba 2016 - ou à titre personnel - solliciter par des amis afin de structurer leur travail ou le relire - avec des étudiants de tout bord (L1 -M2), je constatais les faits suivants :
  • pour le cycle Licence : ces derniers éprouvaient des difficultés d’ordre méthodologique, de structuration, mais surtout, plusieurs d’entre eux étaient peu portés sur la lecture ;
  • pour le cycle Master 2 : une bonne partie était confrontée aux difficultés méthodologiques. Mais ici, à l’image de la classe de Terminale, les retards accumulés, particulièrement en matière de recherche documentaire, sont flagrants.
Portée sur la transmission du savoir, j’ai donc entrepris une formation en qualité d’auditrice chargée des Travaux dirigés (TD) afin de le pratiquer au sein de l’université qui m’a formée une fois de retour au pays.

Mais la pandémie ayant changé mes plans, j’ai décidé d’être autodidacte, en acquérant des connaissances en marketing digital, en QHSE, en entrepreneuriat. Le livre Un mois pour devenir mon propre patron de Claudel Noubissie m’a énormément aidée. Cette dernière formation a été mon déclic. Je me suis rendu compte que j’ai une compétence : je sais analyser des sujets, formuler des problématiques et confectionner des plans ; je sais où chercher la documentation.

De plus, j’ai de bons retours de la part de ceux que j’aide, en particulier mes «bleusettes» qui ont considérablement amélioré leurs résultats. Mieux, la problématique formulée à un de mes amis proches a été validée ; ma sœur inscrite en QHSE a obtenu 18/20 à un contrôle grâce à notre collaboration. Je me suis dit : « Pourquoi ne pas transmettre cette passion moyennant une contrepartie ? Tu as une compétence, il faut la vendre. »
ENOROMI MAGAZINE : Vous avez produit, il y a quelque temps, un fascicule méthodologique au profit des étudiants. En quoi consiste-t-il ?
Carine Edna ILAMA KASSA
En Droit, l’accessoire suit le principal. En mettant en place des séances de coaching, j’ai décidé de produire un fascicule méthodologique intitulé « Mes premiers pas en Droit ». D’autant plus que les carences de ma cible reposaient sur la méthode.

Je suis intimement convaincue que le juriste, c’est la méthode et la structuration. Les études de Droit sont rythmées par des cours magistraux et des séances de travail dirigé, qui sont une mise en pratique des notions apprises, et cela, par le biais des exercices). L’apprentissage du cours de droit est spécifique, on l’étudie avec une méthode et à un BABA : le plan, il faut le connaître avant d’approfondir les questions abordées. Cette astuce, je l’ai apprise de ma «cacique» et je le répète à mes bleus.

Or nombre d’étudiants n’ont pas cette méthode, ne savent pas comment on procède. Dans le fascicule une partie y est consacrée : l’apprentissage du cours. Or, être étudiant, ce n’est plus se contenter du cours, il faut le compléter. C’est ici qu’intervient l’amour du livre et de la recherche que les étudiants négligent, mais ils paient le prix fort à la fin du cycle. S’agissant des séances de travail dirigé (TD), une préparation est de mise. Je revois mon chargé TD de droit administratif : « la planche de TD doit être sale, avec de l’huile et surligner ».

Hélas, nous n’avons pas cette méthode, nous le faisions, nos petits frères le font : grand, je veux juste le plan. La préparation des TD est également mentionnée dans le fascicule.

S’agissant des exercices juridiques, la méthodologie, ils ont été formulés/expliqués simplement.

En effet, étant nouveau en la matière, le vocabulaire juridique est difficile à assimiler « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », raison pour laquelle le fascicule est illustré et assorti d’exemple. J’ai procédé ainsi, car il m’a fallu des années pour comprendre ce qu’est un intérêt théorique à titre d’exemple. Cette préoccupation est toujours d’actualité. En effet, lors de la présentation de ce projet un étudiant a évoqué ce problème.

Les méthodologies sont décortiquées de telle sorte que même un profane en comprendrait l’essence. Des sujets d’examens y sont incorporés, il ne suffit pas de connaître la méthodologie, il faut la mettre en pratique, car « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ».
ENOROMI MAGAZINE : Avec vos différentes activités extra-professionnelles, vous vous considérez comme une entrepreneuse ou faites-vous du bénévolat ?
Carine Edna ILAMA KASSA
Mon crédo est simple : « Vous avez une compétence, vous savez faire quelque chose vendez-là ! » Du bénévolat, j’en ai fait, il est temps de valoriser mes compétences. Entreprendre, c’est la solution qui s’impose à nous les jeunes, à défaut d’attendre le retour des recruteurs. « Faites de votre passion votre travail. » Tel est donc le message que j’envoie à mes frères et sœurs. D’autant que, humblement, je considère que ce sont mon amour pour la transmission et mon altruisme qui m’ont conduit où je suis.
Propos recueillis par
Griffin ONDO

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision