BAR OGASSO, Sheena BOUCHARD met du cœur dans les plats.

BAR OGASSO, Sheena BOUCHARD met du  cœur dans les plats.
Devenu la coqueluche et le coin des gourmets et amoureux du bouillon, le bar OGASSO doit son succès à la vision d’une dame : Scheena BOUCHARD. Une femme passionnée et qui dit cuisiner avec amour, au point d’être parvenue en peu de temps à s’imposer dans un secteur où la concurrence est rude grâce à l’originalité de son concept qui mêle luxe et « bonne bouffe ».
ENOROMI MAGAZINE : Comment vous est venue l’idée de faire des « bouillons de luxe » ?
Sheena BOUCHAR
L’idée m’est venue lors d’un voyage en Asie. J’ai eu le déclic alors que je sortais manger un soir. Il n’y avait que de la soupe dans tous les restaurants. Et comme nous aimons la soupe, j’ai pensé que ce serait un superbe concept à apporter dans notre pays.
ENOROMI MAGAZINE : Votre bar à bouillon est très fréquenté et surtout apprécié. Quel est selon vous le secret de votre succès ?
Sheena BOUCHARD
Je suis déjà à la base une personne qui aime faire plaisir et donner le sourire aux personnes qui m’entourent, et je le fais avec beaucoup d’amour. C’est la même chose dans les cuisines d’OGASSO. On y met beaucoup d’amour.
ENOROMI MAGAZINE : Avec la pandémie de coronavirus et son corollaire de mesures de restriction, comment êtes-vous parvenu à rentabiliser votre activité, d’autant que l’accès à votre établissement était conditionné par la présentation d’un test de négativité à la Covid-19 ?
Sheena BOUCHARD
C’était très difficile au départ, mais ç’a été l’opportunité de développer le service de livraison. On a pu, grâce à ce service, subvenir aux différentes charges. Les réseaux sociaux nous ont également accompagnés lorsque nous faisions des suggestions. Nous avons donc par ce biais survécu au confinement partiel.
ENOROMI MAGAZINE : Avez-vous des objectifs d’extension de votre entreprise dans d’autres communes, voire à l’extérieur du pays dans les trois prochaines années ?
Sheena BOUCHARD
Nous travaillons en ce moment même à l’idée d’ouvrir un second OGASSO dans la commune d’Akanda, cela facilitera la tâche pour plusieurs clients ayant exprimé leur volonté de continuer à manger à OGASSO ou de tester nos plats, mais qui hésitent à sortir de leur commune principalement à cause des conditions d’entrées et de sorties vers Libreville.
ENOROMI MAGAZINE : L’autre question que nombre de nos lecteurs se posent est liée à l’origine du nom OGASSO et de ceux des plats que vous proposez. D’où vous vient l’inspiration des noms et surtout de la composition de vos bouillons ?
Sheena BOUCHARD
C’est simple : je suis très attachée à notre culture, la culture gabonaise en générale. Alors j’appelle généralement mes frères et sœurs gabonais à proposer des noms pour chaque suggestion. Ce sont donc nos clients fidèles qui choisissent les noms des bouillons. Cela me permet à moi-même d’en apprendre un peu plus sur les autres ethnies. Pour ce qui est de la composition des bouillons, je fais du métissage (rire). Je marie des compositions d’autres pays avec les épices made in Gabon.
ENOROMI MAGAZINE : En tant que professionnelle, quels conseils donneriez-vous à ces cuisinières hors pair, mais amatrices pour l’heure afin de devenir de vrais professionnels ?
Sheena BOUCHARD
Il faut y croire. Croire en soi et surtout croire en son potentiel. Savoir identifier les opportunités même dans les difficultés. Et surtout mettre de l’Amour, car lorsqu’on cuisine avec amour, on cuisine bien.
Propos recueillis par
Aude SHARYS

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision