EURUDICE NDONG, Une carrière d’agripreneure au détriment du droit fiscal.

EURUDICE NDONG, Une carrière d’agripreneure au détriment du droit fiscal.
Il est des personnes que ni les défis ni l’aventure n’effraient. Eurudice Ndong est de celles-là. Après des études à l’Institut universitaire des sciences de l’organisation (IUSO) en Carrières juridique (DUT) et à l’Université Dakar Bourguiba (UDB), celle que l’on croyait destinée à une carrière de juriste dans la finance, a plutôt décidé de tout plaquer pour s’intéresser à l’agriculture maraîchère. Depuis le lancement de son projet en octobre 2019, « Charis » n’a plus d’autre ambition que celle d’officialiser et de développer son entreprise d’abord à Libreville avant de couvrir les localités de l’intérieur du Gabon. Le Covid-19 a quelque peu ralenti ses démarches.
ENOROMI MAGAZINE : Où avez-vous fait vos études supérieures ?
Eurudice NDONG
J’ai commencé au Gabon. Après l’obtention de mon Baccalauréat, j’ai passé deux ans à l’IUSO. Et après ma soutenance dans cet établissement où j’ai obtenu mon diplôme universitaire de technologie DUT, je me suis envolée pour le Sénégal où je me suis inscrite à l’Université Dakar Bourguiba, en Droit de l’Ingénierie financière et fiscale, jusqu’à l’obtention de mon Master 2.
ENOROMI MAGAZINE : Et vous avez décidé de tout laisser tomber. Pourquoi ce choix ?
Eurudice NDONG
Oui, j’ai tout laissé tomber pour me concentrer à l’agroalimentaire. Parce que déjà j’ai toujours eu une passion pour l’agriculture. À la base, j’ai fait une série scientifique et j’ai toujours voulu faire un travail de terrain. Quand j’ai eu mon Baccalauréat, je n’ai pas eu la possibilité de me mettre dans une filière de formation scientifique. J’ai commencé par la carrière publique, par la suite je me suis mise dans la finance-fiscalité et la gestion des entreprises.
ENOROMI MAGAZINE : Dans quelle localité du Gabon pratiquez-vous, et dans quelle spécialité faites-vous ?
Eurudice NDONG
Je suis basée à Libreville. Et je suis dans l’agriculture maraîchère, donc la culture de gombos, d’aubergines, de Folons, d’oseilles, de piments, etc.
ENOROMI MAGAZINE : Proposez-vous déjà vos produits sur le marché ?
Eurudice NDONG
Effectivement. Je vends déjà mes produits. J’ai des clientes et quelques connaissances qui m’en achètent. Il faut en effet avouer que je vends essentiellement à domicile en ce moment. Ma stratégie marketing est encore basée sur le relationnel et le bouche-à-oreille.
ENOROMI MAGAZINE : Comptez-vous vous arrêter à cette seule stratégie ou envisagez-vous de la changer, en vous faisant aider par des partenaires, par exemple ?
Eurudice NDONG
Pour l’heure, je suis en rodage, mais j’envisage effectivement de faire évoluer mon activité et d’élargir comme il se doit ma clientèle. Ça fait à peine 9 mois que j’ai commencé.
ENOROMI MAGAZINE : Vous considérez-vous comme entrepreneure ou comme quelqu’un qui fait une petite bricole ?
Eurudice NDONG
Je me considère comme entrepreneure parce que j’ai décidé d’aller jusqu’à la création d’une entreprise agroalimentaire.
ENOROMI MAGAZINE : Vous êtes-vous déjà rapprochée de l’ANPI pour la constitution en bonne et due forme de cette entreprise ?
Eurudice NDONG
Dans mes débuts, je suis allée à l’ANPI, oui. Je suis allée prendre le formulaire, tout ce qui concerne les pièces à fournir pour la création de l’entreprise. Je suis encore dans les démarches administratives.
ENOROMI MAGAZINE : Votre activité a-t-elle été impactée par la crise sanitaire liée au Covid-19 ?
Eurudice NDONG
À cause du confinement total, j’ai dû geler mes activités. Les produits que j’avais mis en terre, je n’ai pas pu les suivre. J’ai perdu beaucoup de produits, car je ne pouvais pas sortir pour les arroser. Ça m’a engendré beaucoup de pertes.
Propos recueillis par
Brice GOTOA

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision