Les coûts cachés : le malaise des organisations.

Les coûts cachés : le malaise des organisations.
L’environnement économique mondial devient de plus en plus complexe au regard des fortes évolutions technologique, sociale, environnementale et politique. Ainsi, la recherche de la performance occupe une place centrale dans le contexte économique actuel. Cependant, la notion de « coût performance caché » devient un enjeu pour la prise de décision au sein des organisations. La gestion optimale de l’ensemble des coûts permet aux décideurs d’affiner les stratégies à développer en matière de performance de leurs organisations
Ce concept « coût performance caché » n’est pas pris en compte dans la gestion des organisations africaine. À travers cet article, nous voulons donner une idée claire du concept et interpeller les décideurs africains sur la valeur ajoutée qu’apporte l’analyse des coûts cachés dans la rentabilité des organisations. À cela, nous répondons à trois questions : Qu’est-ce qu’un coût caché ? Quelles sont les origines des coûts cachés ? Comment convertir les coûts cachés en valeur ajoutée au sein d’une organisation ?

Qu’est-ce qu’un coût caché ?

La notion des coûts désigne l’ensemble de charges supportées par l’organisation. Il existe plusieurs méthodes d’analyses des coûts : la méthode de coûts complets, la méthode des coûts par activités (ABC), la méthode des coûts cachés… La comptabilité a pour mission d’enregistrer toutes les charges de l’organisation. Ainsi, les coûts visibles sont inscrits dans la comptabilité générale et possède une dénomination comptable. Selon Boisvert (2007), le coût est la somme d’argent exigé en contrepartie d’un bien ou un service lors de son acquisition…

Pour H. SAVALL (2015), professeur émérite de l’Université Jean MOULIN Lyon II et fondateur de l’Institut Socio des Entreprises et des Organisations (ISEOR), un coût est dit « caché » lors qu’il n’apparaît pas explicitement dans les systèmes d’informations de l’organisation tels que la comptabilité générale, la comptabilité analytique, le budget, les tableaux de bord...

En ce qui nous concerne, le coût caché comme son nom l’indique est un coût de l’organisation qui est invisible dans le système de gestion classique de l’information, il peut être un coût de performance caché. La présence des coûts cachés au sein des organisations révèle l’existence de dysfonctionnements et d’anomalies dans son fonctionnement.

L’origine des coûts cachés.

Les coûts cachés naissent des dysfonctionnements accumulés par l’organisation. Généralement les coûts cachés proviennent d’un dysfonctionnement humain. L’absentéisme est régulièrement pointé du doigt, mais la rotation excessive du personnel, les produits ou services de mauvaise qualité, les délais non respectés sont tous des exemples de dysfonctionnements qui engendrent de nécessaires corrections, et donc des coûts cachés.

Quels que soit la taille, le secteur d’activité, l’ancienneté ou encore la zone d’implantation, toute organisation dysfonctionne et génère des coûts cachés. Certains dysfonctionnements sont simplement à prendre en compte, et non à corriger, c’est le cas de l’absentéisme dû à un congé annuel, à la grippe saisonnière… il ne se corrige pas, il se prévoit. Néanmoins, la majorité des dysfonctionnements, et donc des coûts engendrés, peuvent être corrigés, au moins en partie, afin d’éviter les conséquences sur la performance : surcharge de travail, de masse salariale, de consommation…

La difficulté de la mesure des coûts cachés.

Les dysfonctionnements sont difficilement chiffrables vu la difficulté à déterminer leur origine. Si l’utilisation superflue de papier dans l’imprimante ou la gestion abusive d’électricité et d’eau au sein d’une organisation sont facilement détectables, d’autres faits générateurs de coûts cachés sont plus durement perceptibles. Le temps perdu, ou le capital immatériel sous-exploité sont d’excellents exemples de dysfonctionnements que les organisations publiques ou privées peinent à corriger, lorsqu’elles prennent le temps de le faire. Ils sont classés parmi les premières causes de coûts cachés en leur sein.

Selon les études menées par les spécialistes de la question, les coûts cachés liés à l’absentéisme obèrent la rentabilité de l’organisation de 1 200 000 à 6 millions de FCFA par personne et par an. Les coûts cachés de la rotation abusive du personnel contribuent à une perte comprise entre 2 millions à 16 millions de FCFA par personne et par an.

En corrigeant ses coûts cachés, une organisation dégagerait entre 3 millions et 20 millions de FCFA par personne et par an de gain de productivité et d’augmentation du chiffre d’affaires... À l’échelle d’une grande entreprise, les montants deviennent colossaux. Les coûts cachés diminuent ainsi la performance de l’organisation et peuvent même compromettre son existence.

Comment réduire, voire éliminer les coûts cachés ?

La première étape consiste à la prise de conscience de leur existence. Cette première étape n’est pas forcément la plus évidente, puisqu’elle nécessite une prise de recul sur l’activité de son organisation. Assurer cet investissement en temps, en ressources intellectuelles, c’est franchir une grande étape. Une fois l’existence des coûts cachés admise au sein d’une organisation vient la deuxième étape, le diagnostic de l’organisation.

En sommes, les coûts cachés restent une vraie problématique pour les organisations africaines, quels que soit la nature, la taille, le secteur de l’organisation vu qu’ils sont présents dans toute organisation et dans ses différentes fonctions. Les dirigeants africains doivent s’approprier le concept des coûts performances cachés au sein de leurs organisations. L’efficacité d’une organisation dépend de sa capacité de prendre en compte son capital humain dans les stratégies de gestion. La réduction d’un coût caché met en lumière une performance cachée

Guy Joel Bourobou Mavouroulou

Docteur en Science de gestion,
Expert en performance des organisations, Spécialiste des coûts performances cachés au sein des organisations.

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision