XVIIIe Sommet des Chefs d’État de la CEEAC : Le Gabon a passé le témoin au Congo.

XVIIIe Sommet des Chefs d’État de la CEEAC : Le Gabon a passé le témoin au Congo.
Libreville, la capitale gabonaise, a abrité le 27 novembre 2020 la 18e session ordinaire du sommet des Chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale. Convoquée par Ali BONGO ONDIMBA en sa qualité de président en exercice de la CEEAC, cette rencontre s’est achevée sur le passage des charges assurées durant les cinq dernières années par le Chef de l’État gabonais à son homologue Denis SASSOU N’GUESSO du Congo.
Cinq Chefs d’État ont répondu présents à ce grand rendez-vous de la sous-région. Il s’agit de João LOURENÇO de l’Angola, Évariste NDAYISHIMIYE du Burundi, Idriss DEBY ITNO du Tchad, Faustin Archange TOUADERA de la République centrafricaine et Denis SASSOU N’GUESSO du Congo. Les autres Chefs d’État se sont fait représenter par leurs Premiers ministres, ministres des Affaires étrangères ou par les présidents de l’Assemblée nationale.

Plusieurs sujets étaient au coeur des échanges des travaux de ces assises. Il s’agissait notamment de la question du personnel de l’ancien secrétariat général de la CEEAC devenu Commission de la CEEAC ; du point d’information sur l’état des contributions statutaires, de la présentation du plan stratégique indicatif à moyen terme 2021-2025, des examens du plan d’action 2021, du projet de règlement intérieur du Comité des représentants permanents (COREP), du projet du budget exercice 2021 ; de la situation politique de la République centrafricain; de la situation financière de la CEEAC marquée par des dettes et les arriérés de contributions des États membres qui plombent le fonctionnement de l’institution ; enfin de la passation de charges à la tête de la Commission.

Bâtir une conscience communautaire

« Au moment où je passe la charge de la présidence en exercice de notre communauté à mon frère, j’aimerais rappeler l’importance que nous accordons à la question de la rationalisation de nos Communautés économiques régionales. En effet, au cours du sommet extraordinaire sur la paix et la sécurité en République centrafricaine, tenu en 2016, ici même à Libreville, notre Conférence avait demandé l’accélération du processus d’intégration de la CEMAC et de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL) au sein de la CEEAC », a déclaré le président Ali BONGO ONDIMBA, et d’ajouter : « Nous avons, ensemble, fait aboutir la réforme de cette institution conformément au mandat que vous m’aviez confié. Une réforme profonde qui s’ancre dans les aspirations profondes de notre jeunesse. Car, c’est pour elle que nous devons bâtir une conscience et une citoyenneté communautaires. »

En effet, depuis N’Djamena en 2015, les Chefs d’État et de gouvernement de la CEEAC avaient décidé de reformer cette organisation communautaire. Du Secrétariat général, l’on est passé désormais à la Commission qui s’occupe de l’administration de cette institution régionale.

Passage du témoin à SASSOU N’GUESSO

Au cours de ce sommet, Ali BONGO ONDIMBA a passé les charges de président en exercice de la Commission de la CEEAC à son homologue du Congo Brazzaville, après 5 ans à la tête de cette commission. Denis SASSOU N’GUESSO avait été élu le 30 juillet 2020 par visioconférence au cours de la 17e session ordinaire de la conférence des Chefs d’État de la sous-région pour un mandat de deux ans.

Le président congolais a affirmé qu’il va axer son mandat sur une dynamique fondée sur la stratégie et les résultats. Il poursuivra la mise en oeuvre de la réforme institutionnelle de cette organisation, à la suite de son prédécesseur.

Cette 18e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’États et de gouvernement de la CEEAC s’est achevée avec la lecture du communiqué final présentant des recommandations et des décisions prises en rapport avec les différents points abordés lors de ces assises.

Pour ce qui est des contributions statutaires des États membres, la Conférence a félicité les États qui se sont acquittés des 40% des arriérés de leurs contributions et a exhorté les autres États membres, ne l’ayant pas encore fait « à s’acquitter de la totalité de leurs arriérés de contributions, afin de permettre à la Communauté de disposer de moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs ».

Concernant le plan stratégique indicatif à moyen terme 2021-2025 et le plan d’action prioritaire 2021 de la Communauté, la Conférence a instruit la Commission de préparer une stratégie régionale en matière de gouvernance des frontières, alignée sur la stratégie continentale et d’assurer le leadership pour sa mise en oeuvre.

Les Chefs d’État se sont également appesantis sur la situation politique en République centrafricaine. Ils ont pour cela décidé de nommer un médiateur pour accélérer la recherche de la solution à la crise centrafricaine.

En prélude au sommet des Chefs d’État de la sous-région, deux conseils des ministres ont été organisés. Le premier s’est tenu le 24 novembre par visioconférence et l’autre le 26 novembre en présentiel à Libreville.

Les onze États membres de la CEEAC sont : Angola, Burundi, Cameroun, Congo, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale, République démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et Tchad.

La 19e session des Chefs d’États et de gouvernement de la CEEAC se tiendra en mai 2021 à Brazzaville au Congo.
Brice GOTOA

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision