Trois ans de plus pour Alain Bâ Oumar à la tête de la CPG.

Trois ans de plus pour Alain Bâ Oumar à la tête de la CPG.
Alain Bâ Oumar a été reconduit à la tête de la Confédération patronale du Gabon, le 12 août à Libreville, pour un nouveau mandat. Au cours des trois prochaines années à la tête de la CPG, le manager de 57 ans va notamment poursuivre le chantier du rayonnement de la première organisation patronale du pays, le renforcement de son rôle de groupe d’influence économique auprès des pouvoirs publics et l’amélioration continuelle du climat des affaires.
Un conseil d’administration extraordinaire de la Confédération patronale du Gabon (CPG) s’est réuni le 12 août à Libreville, pour élire le nouveau président de cette organisation. Unique candidat en lice, le président sortant, Alain Bâ Oumar, a été reconduit à la tête de la CPG pour un nouveau mandat de trois ans. Élu à une très large majorité, il a récolté 24 voix pour, une voix contre et six bulletins blancs. Le «nouveau» président a été adoubé par les administrateurs pour les réformes entamées depuis sa prise de fonction en 2017 pour rendre la CPG plus inclusive et plus performante.

La CPG est une actrice incontournable de l’économie gabonaise. Elle regroupe 300 entreprises qui représentent 80% du PIB et 90% de l’emploi formel gabonais. La CPG a pour objectif de promouvoir les actions et le développement des entreprises et des PME, de défendre les intérêts économiques de ses adhérents et de participer aux négociations avec les pouvoirs publics.

«Nous avons été élus, il y a trois ans, sur la base d’un plan d’action, et lorsqu’on fait le bilan de l’exécution de ce plan d’action, on se rend compte que beaucoup de choses ont été obtenues. Il s’agira dès aujourd’hui d’accélérer ce processus, de terminer ce que nous avons commencé et d’intensifier l’action de la CPG sur des domaines prioritaires que sont l’environnement des affaires, la PME gabonaise, entrepreneuriat des jeunes», a confié Alain Bâ Oumar à la suite de sa réélection.

Des avancées majeures pour la CPG entre 2017 et 2020

Le mandat qui s’achève a été marqué par des avancées non négligeables pour la CPG. On peut citer, pêle-mêle, le renforcement de la contribution des branches et syndicats membres à travers l’expérimentation de pôles sectoriels ; l’aboutissement d’une réforme visant à consolider et à renforcer les branches et syndicats pour les rendre plus représentatifs (réduction du nombre de branches et syndicats de 30 à 20 maximum) ; la rationalisation du conseil d’administration pour en améliorer le rendement (réduction du nombre d’administrateurs de plus de 60 à 20), et l’amélioration du climat des affaires (nouveaux Codes pétrolier et minier, avancées importantes sur le nouveau Code du travail).

Parmi les réalisations d’Alain Bâ Oumar lors de son premier mandat, figurent également le retour de la CPG à la tête du conseil d’administration de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et le renforcement de sa présence à celui de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Alain Bâ Oumar a reçu en outre l’approbation des administrateurs de la CPG pour un mandat clair. Celui-ci vise à mener à bien les discussions cruciales à venir entre le patronat et le gouvernement sur les stratégies de relance de l’économie handicapée par la pandémie du Covid-19.

En d’autres termes, il s’agira de poursuivre le chantier du rayonnement de la première organisation patronale du pays, le renforcement de son rôle de groupe d’influence économique auprès des pouvoirs publics, l’amélioration continuelle du climat des affaires, l’adoption d’un modèle économique de la CPG et la redynamisation de la Chambre de commerce.

30 ans d’expérience au service de la CPG

Alain Bâ Oumar, premier président de la CPG élu par suffrages directs, est membre du bureau exécutif de la CPG depuis maintenant plus de trois ans en charge du pôle des Technologies de l’information et de la communication (TIC). C’est cette expérience managériale et ce leadership qu’il a l’ambition de mettre à la disposition de la CPG qu’il dirige depuis le 24 février 2017, avec l’ambition de la rendre plus communicative, plus proche de ses adhérents et plus près des Gabonais.

Né à Libreville le 12 mai 1963, Alain Bâ Oumar porte également la casquette de PDG de IG Telecom SA (anciennement appelée Internet Gabon), société qu’il a créée en 1996, après avoir exercé pendant sept ans aux États-Unis d’Amérique.

Diplômé en Mathématiques Appliquées aux sciences sociales d’Aix-Marseille (France) et en Mathematical Statistics de l’American University Washington DC (USA), le président de la CPG a une solide expérience professionnelle forte d’une trentaine d’années dans les systèmes d’informations et les technologies de l’information et de la communication, secteur dont il est l’un des précurseurs au Gabon, avec l’introduction par sa société des premiers services d’accès Internet dans le pays. En 1996, IG Télécom SA est aujourd’hui le leader régional dans la fourniture de services de communication par satellite (VSAT). Le manager de 57 ans est également le président de la Fédération des opérateurs de communications électroniques du Gabon (Foceg), un des syndicats les plus jeunes, mais aussi un des plus puissants de la CPG en termes de contribution au PIB du pays, et qui regroupe les opérateurs de téléphonie mobile et IG Télécom SA.
Stevie MOUNOMBOU

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision