Tansport : « Un taxi, un Emploi, un Avenir » : Déjà 10 premiers bénéficiaires

Tansport : « Un taxi, un  Emploi, un Avenir » : Déjà 10 premiers bénéficiaires
Lancé officiellement en décembre 2021 par le ministère du Commerce, des PME et PMI et l’Office national de l’emploi (ONE) le projet « Un taxi, un Emploi, un Avenir » a déjà permis de faire une première cohorte de 10 bénéficiaires, tous de nationalité gabonaise. Pour les autorités, l’objectif de cette initiative ayant enregistré une centaine de candidatures est de valoriser le métier de chauffeur de taxi, en permettant aux attributaires d’être, à terme, leurs propres patrons.
Quelques semaines seulement après son lancement officiel en début décembre 2021, le projet baptisé «Un taxi, un Emploi, un Avenir» a rencontré un franc succès auprès de nombreux Gabonais, y compris de jeunes diplômés en recherche d’emploi. Initié avec le soutien du ministère du Commerce, des PME et PMI, l’initiative de l’Office national de l’emploi (ONE) vise dans un premier temps à lutter contre le chômage et dans un second temps à valoriser le métier de chauffeur de taxi auprès des jeunes compatriotes en particulier, d’autant que le secteur est en grande majorité aux mains des non-nationaux. Si bien que l’engouement suscité auprès du public a surpris plus d’un.

Au bout de deux semaines, conformément au programme établi pas ses initiateurs, 39 candidats ont été retenus pour la première phase : le passage du test psychométrique qui a eu lieu, le 28 décembre 2021 à La Maison de l’Auto-Entrepreneur, dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville. 11 jours plus tard, soit le 8 janvier 2022, les 14 candidats ayant satisfait à leur test psychométrique ont été soumis à la phase 2 du projet : le test d’aptitude à la conduite à GO Drive. Le lendemain, le 9 janvier 2022, la liste a une nouvelle fois été réduite pour ne laisser apparaître que les 10 candidats représentant la toute première cohorte du projet «Un taxi, un Emploi, un Avenir».

Par la suite, les 10 bénéficiaires ont participé à une session de sensibilisation sur une charte de bonne conduite et une formation sur le savoir-vivre et savoir-être dont il faudrait faire preuve en tant que chauffeur de taxi. Depuis peu, ils sont officiellement en activité dans les communes de Libreville, Owendo et Akanda, au volant de véhicules Toyota, Starlet 2020, peints aux couleurs des taxis de ville.

Pour postuler, il fallait répondre à deux principaux critères : être titulaire d’un baccalauréat et détenteur d’un permis de conduire catégorie B, C ou D. Les inscriptions étaient ouvertes à l’Office national de l’emploi du 8 au 17 décembre 2021.

De taximan à autoentrepreneur

Élaboré dans le cadre de la taskforce Programme de facilitation de l’accès à l’emploi, dont Hans Landry IVALA est le chef de projet, l’ambition de «Un taxi, un Emploi, un Avenir» est de donner aux bénéficiaires « la possibilité de devenir propriétaire d’un taxi au bout de 48 mois sans dépenser un franc ». Il s’agit donc pour les autorités gabonaises et pour le directeur général de l’ONE en particulier d’encourager l’emploi indépendant.

« Libreville dispose d’une flotte de 3000 taxis ayant une moyenne d’âge de 34 ans. Sur les 3000 chauffeurs, seulement 25% sont propriétaires et 75% sont locataires de leur outil de travail », a regretté Hans Landry IVALA dans une interview à Gabon Matin, peu après le lancement du projet.

Du salaire mensuel des taximen

Si les 100 000 FCFA proposés comme rémunération mensuelle aux bénéficiaires ont suscité quelques incompréhensions dans l’opinion publique, Nadia ASSOUMOU, cheffe de division Emploi jeune, explique : « Lorsque nous avons élaboré ce projet, nous nous sommes rapprochés des professionnels du métier afin de savoir quelle était la recette journalière générée par l’exploitation d’un taxi. Sur la base de leur réponse, nous nous sommes dit que cette recette reviendra à l’ONE, propriétaire des taxis, pour l’entretien des véhicules. Le surplus de la recette que nous avons estimé à environ 10 000 FCFA par jour reviendra au taximan. Or, les chauffeurs de taxi travailleront 26 jours par mois, ce qui leur permettrait donc de gagner pour leur propre compte 260 000 FCFA. Et à ces 260 000 FCFA va s’ajouter la rémunération mensuelle de 100 000 FCFA que nous avons prévue. »
DLG

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision