Roaming : La CEMAC acte la suppression des frais.

Roaming : La CEMAC acte la  suppression des frais.
Adopté le 28 février 2020 à Douala, au Cameroun, à l’occasion de la réunion des ministres en charge des Télécoms au sein de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), le Règlement communautaire portant suppression des frais d’itinérance (roaming) dans les six pays de la zone a officiellement été acté le 9 novembre 2021 dans la capitale économique camerounaise à la faveur de la signature des protocoles d’accords y relatifs.
Présentée comme un des projets majeurs de la zone, notamment dans le cadre du Programme économique régional (PER) 2017-2025, la suppression des frais d’itinérance (roaming) au sein de la CEMAC a été décidée en octobre 2019 avant d’être officiellement adoptée quelques mois seulement l’année d’après. Conformément au chronogramme adopté, le 1er janvier 2021 avait été arrêté comme la date d’entrée en vigueur effective de cette réforme dans les six États. Onze mois après, le 9 novembre 2021 à Douala, sous la présidence de Minette LIBOM LI LIKENG, ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, les représentants de ces six États ont procédé à la signature des protocoles d’accords y relatifs.

Représentant le Gabon à ce rendez-vous, Lin MOMBO n’a pas manqué d’apprécier une nouvelle fois l’initiative des chefs d’État de la communauté, qui selon lui, a un voleur social et économique. « Une décision prise par la CEMAC s’impose aux régulateurs, mais s’impose également à l’ensemble des opérateurs de la zone, en termes d’applicabilité immédiate. Autrement dit, à partir du 30 décembre 2021commence le free roaming au niveau de la sous-région de l’Afrique centrale », s’est réjoui le président de l’Autorité de régulation de la communication électronique et des postes (ARCEP Gabon).

Moins de dépenses

De façon pratique, dès la fin de l’année 2021, les abonnés à la téléphonie mobile des six pays membres de la zone CEMAC n’auront plus à débourser des frais supplémentaires pour effectuer leurs appels lorsqu’ils sont en voyage au sein de la sous-région. Pour le Pr Daniel ONA ONDO, il s’agit d’une avancée non négligeable à laquelle les populations appelaient de leur vœu depuis plusieurs années au regard des coûts souvent élevés du service d’itinérance. Pour lui, l’initiative prise par les plus hautes autorités de la Communauté en faveur de la suppression des frais d’itinérance s’explique par le lien indéniable entre l’économie générale et la circulation de l’information.

« Pour la transformation structurelle des économies, les échanges entre les hommes et la libre circulation de l’information et des données constituent de précieux atouts. La suppression des frais d’itinérance correspond en ce sens à une suppression de barrières en vue d’une meilleure fluidité des échanges. Le coût des services d’itinérance entre les pays de la zone, pour légitime qu’il pût avoir été à l’origine, s’avère aujourd’hui contreproductif lorsqu’on l’analyse à l’échelle communautaire. Il pèse d’un poids sournois et insoupçonné sur les ressorts du marché commun, tant et si bien que la suppression des frais d’itinérance est désormais l’objectif recherché par toutes les instances régionales de régulation des télécommunications en Afrique dans l’objectif noble de former un espace unique de téléphonie (One single Network) », a appuyé le président de la Commission de la CEMAC.

Pour sa part, lors de l’ouverture officielle de la cérémonie, Minette LIBOM LI LIKENG a présenté la signature des protocoles d’accords bilatéraux visant la suppression de l’itinérance en zone CEMAC comme une étape clé dans le processus de réduction des charges et de l’amélioration des conditions de vie des populations. « La cérémonie de signature desdits accords entre les régulateurs du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo, de la République gabonaise, de la Guinée équatoriale et du Tchad à laquelle nous assistons aujourd’hui démontre l’engagement de toute la communauté CEMAC à supprimer les surtaxes liées au service d’itinérance mobile communautaire, au grand bonheur de l’ensemble des consommateurs des services de téléphonie mobile [dans la zone] », a-t-elle déclaré.

La rencontre de Douala ne s’est pas achevée sans recommandations, particulièrement à l’endroit des opérateurs de téléphonie mobile en zone CEMAC. Les premiers responsables des autorités de régulation les ont en effet conseillés d’œuvrer à faciliter la mise en œuvre de ces protocoles ainsi que celle du Règlement n° 04/20-UEAC-CM-35. Ils bénéficient d’un délai maximal d’un mois. L’objectif étant de donner aux protocoles ainsi signés leurs pleins et entiers effets.
DLG

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision