NOUVEAU GOUVERNEMENT, La relance de l’économie en ligne de mire.

NOUVEAU GOUVERNEMENT, La relance de l’économie en ligne de mire.
En dépit des prévisions plutôt pessimistes des institutions bancaires internationales, l’heure est à la reprise des activités après que le nouveau coronavirus (Covid-19) a provoqué l’effondrement de l’activité économique mondiale. Une situation qui a contraint les États à prendre des mesures visant à relancer leur économie. Le Gabon n’est pas en reste, et la composition, le 17 juillet, d’un nouveau gouvernement auquel des missions précises ont été confiées explique cette ambition commune, de l’Europe à l’Afrique.
Lançant une nouvelle phase dans la riposte du Gabon contre le Covid-19, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a nommé, le 16 juillet 2020, Rose Christiane Ossouka Raponda au poste de Premier ministre. Ministre d’État à la Défense nationale dans le gouvernement précédent, elle remplace ainsi Julien Nkoghe Bekale qui ne correspondait plus aux enjeux du moment.

Première femme à occuper cette fonction depuis l’accession du Gabon à l’Indépendance, en 1960, le nouveau chef du gouvernement gabonais a été choisi pour sa connaissance du secteur économique et financier qui en fait un atout primordial pour la mission qui lui a été confiée : la relance de l’économie nationale fortement impactée par la crise sanitaire liée au Covid-19. Or, Rose Christiane Ossouka Raponda est reconnue comme une personnalité affable et jouissant d’une bonne connaissance de l’environnement sociopolitique et économique nationale. À côté de ses qualités de femme politique de terrain, son parcours administratif est tout aussi élogieux.

Diplômée de l’Institut de l’Économique et des Finances (IEF), elle a été directrice générale de l’Économie au début des années 2000 puis directrice adjointe de la Banque gabonaise de l’habitat (BGH). C’est en 2012 qu’elle fait sa première entrée au gouvernement en qualité de ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique.

En 2014, elle est élue au poste de maire de Libreville, devenant ainsi la première femme à occuper cette fonction depuis 1956, année de l’érection de la capitale du Gabon en commune de plein exercice. En 2019, elle est de retour au gouvernement en qualité de ministre d’État, ministre de la Défense nationale. C’est donc une femme de qualité à travers laquelle le chef de l’État matérialise un peu plus sa politique de promotion de la femme gabonaise, dans le cadre de la Décennie de la femme décrétée pour la période allant de 2015 à 2025.

À 56 ans, Rose Christiane Ossouka Raponda et ses 32 ministres auront la charge de « relancer la machine économique un peu enrayée par la crise du Covid-19, mais également, continuer à réformer notre modèle économique en le rendant plus créateur de valeur ajoutée localement, plus créateur d’emplois, moins dépendant de l’extérieur » a informé Jessye Ella Ekogha, le porte-parole de la présidence de la République, lors de sa conférence de presse, le 20 juillet dernier.

« L’archi priorité, selon lui, c’est la relance économique qui permet le maintien et la création d’emplois et donne à l’État les moyens d’assurer ses missions de solidarité vis-à-vis de tous les Gabonais, en particulier ceux qui sont le plus en difficulté. »

Face à la crise de l’industrie pétrolière mondiale accentuée par la crise sanitaire, ce nouveau gouvernement aura fort à faire. D’autant plus que le gouvernement précédent a été contraint en juin de réviser la Loi des finances initiale avec pour effet une loi des finances rectificative ayant enregistré une baisse budgétaire de près de 597,3 milliards de FCFA des recettes budgétaires. Aussi, les attentes sociales multiformes ne laisseront-elles aucun répit à Rose Christiane Ossouka Raponda et à son équipe.

La barre des 100 premiers jours devra permettre de concrétiser les grandes priorités du moment en rapport à la lutte contre le chômage, le soutien aux entreprises, l’assistance aux personnes vulnérables… La relance de l’économie doit être une réalité mesurable. Il ne reste plus qu’à croire que le Premier ministre saura convaincre par l’action à l’opposé des discours servis antérieurement par son prédécesseur.
Séif MOSTLEY

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision