LUTTE CONTRE LA COVID-19. La Cemac en bataille rangée.

LUTTE CONTRE LA COVID-19. La Cemac en bataille rangée.
Sitôt la pandémie du Covid-19 déclarée « Urgence médicale internationale de type 1 » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les autorités de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont pris la mesure de la gravité de la situation. En effet, bien avant que le premier cas avéré de Covid-19 ne soit recensé dans cet espace, l’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (OCEAC), l’agence d’exécution de la Commission, a organisé une réunion des experts nationaux de santé les 18 et 19 février 2020 à Malabo (Guinée équatoriale). Celle-ci a débouché, le 12 mars 2020, à Douala (Cameroun) sur l’adoption par les ministres de la Santé de la CEMAC du plan sous-régional de prévention et de riposte au Covid-19.
Avec l’adoption par les États membres de la CEMAC de ce plan de riposte sanitaire, la phase dite d’urgence a effectivement été déployée sur le terrain. La mobilisation rapide des ressources financières aidant, des activités de sensibilisation, de fourniture d’équipements et de produits de prévention ont pu être opérées sur les 13 noeuds et corridors frontaliers identifiés. Aussi, les résultats tangibles de cette stratégie globale ne se sont-ils pas fait attendre, car à la date du 20 juin 2020, les statistiques de l’OCEAC relevaient un total de 22 000 cas confirmés de contamination au Covid-19, dont 11 521 personnes guéries pour 494 décès. Le taux de guérison estimé à plus de 50% et le taux de décès de 2% environ, font de l’espace CEMAC une des régions les moins impactées par la pandémie à l’échelle continentale.

Le contexte mondial actuel, marqué par le déconfinement engagé par les gouvernements des États, commande toutefois de maintenir une attention soutenue sur l’évolution du nouveau Coronavirus dans l’espace CEMAC. C’est fort de ce constat que la seconde phase du plan de riposte régional devrait permettre une montée en puissance de l’engagement communautaire. En plus des 500 millions de francs CFA décaissés par la Commission pour la première phase, il faudra mobiliser près de deux milliards pour atteindre l’objectif d’endiguer la propagation du Covid-19 en Afrique centrale. C’est en ce sens que l’appui des partenaires techniques et financiers, notamment la Banque africaine de développement (BAD) et l’Aide budgétaire globale française (ABG), viendra compléter et renforcer le dispositif mis en place.

À côté du défi sanitaire se dresse celui de l’impact socioéconomique du Covid-19. C’est ce qu’a relevé le président de la Commission de la CEMAC, le Pr Daniel Ona Ondo, lors d’une réunion ministérielle virtuelle le 24 juin dernier. « Les effets socioéconomiques de la pandémie ont été au menu du COPIL du PREF-CEMAC à Brazzaville, qui a décidé, en conséquence, des mesures d’atténuation, notamment pour renforcer les marges budgétaires des États afin de leur permettre de faire face aux affres de la pandémie », affirmait-il alors.

Sans nul doute, le plan de riposte régional contre le Covid-19, la relance de l’économie, en plus de la réforme du Franc CFA de la zone CEMAC, occuperont l’essentiel de l’agenda des travaux des prochaines rencontres statutaires, à savoir le Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UMAC) et le Sommet des chefs d’État de la CEMAC qui se profilent à l’horizon.
Service presse
Commission CEMAC

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision