Lutte contre l’insalubrité : 500 millions de FCFA pour l’arrondissement le plus propre

Lutte contre l’insalubrité : 500 millions de FCFA pour l’arrondissement le plus propre
Depuis quelques années, les villes du Gabon croulent sous des tas d’immondices malgré les efforts consentis par le gouvernement pour faire face à ce phénomène. Pour être beaucoup plus efficace contre le problème de l’insalubrité, le président Ali BONGO ONDIMBA a annoncé l’organisation prochaine du concours de l’arrondissement le plus propre avec à la prime une enveloppe de 500 millions de FCFA.
Le Gabon lance le concours national de « l’arrondissement le plus propre ». Une initiative du président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, pour lutter contre l’insalubrité dans le pays. Selon le Premier ministre, Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA, dans une déclaration faite le 12 septembre 2022, ce concours aura lieu à Libreville, capitale du Gabon, et dans les neuf capitales provinciales. « Les modalités d’organisation de cette compétition seront précisées dans les prochaines semaines. L’arrondissement le plus propre sera primé d’une enveloppe de 500 millions de FCFA, pour la gestion de la salubrité dans sa localité », a déclaré Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA.

Le Gabon veut, à travers cette initiative, inciter les arrondissements à lutter contre l’insalubrité dans leur localité. Car, depuis plusieurs années, de nombreuses villes du Gabon sont confrontées aux difficultés de collecte et de gestion des ordures ménagères. Dans le Grand Libreville, notamment à Akanda, Libreville, Owendo et Ntoum, la situation parait préoccupante. Les différentes initiatives et solutions préconisées à ce jour par les autorités paraissent peu concluantes. Des tas d’immondices jonchent la voie publique et obstruent la circulation dans certaines rues de la capitale et à l’intérieur du pays.

Selon les autorités, l’état d’insalubrité est « persistant et croissant » dans le Grand Libreville et d’autres provinces du pays. À travers cette décision, apprend-on, le président de la République envoie le signal que la propreté est importante et qu’elle est l’affaire de tous. « Comme il l’a dit dans son discours à l’occasion de la fête de l’Indépendance, il n’y a pas l’État d’un côté, de l’autre la Société. Nous sommes tous dans le même bateau. Quels que soient les moyens mis à disposition par l’État, si les citoyens ne font pas preuve de responsabilité et de civisme, les rues seront toujours sales. Chacun doit donc s’impliquer, y mettre du sien, pour le bien de tous. C’est une forme de patriotisme », renchérit-on à la présidence de la République.

Une énième décision qui s’ajoute aux multiples autres pour lutter contre insalubrité

Les villes du Gabon sombrent dans l’insalubrité. Libreville, Ntoum, Lambaréné en passant par Lastourville, Franceville, Koula-Moutou, Tchibanga, Mouila, PortGentil et Oyem, le constat est le même. Des tas de déchets ménagers jonchent les trottoirs et occupent même une partie de la chaussée, avec des bacs à ordures qui débordent et les risques de maladie que cela occasionne.

Pourtant, au mois de septembre 2022, après une descente dans le Grand Libreville, le ministre d’État à l’Intérieur, Lambert-Noël MATHA, avait instruit les maires de prendre leurs responsabilités dans la gestion des ordures ménagères en organisant la pré-collecte et l’identification des aires de pré-dépotages. Il avait été également demandé aux édiles de formaliser les horaires rigoureux de sortie des ordures ménagères et d’appliquer des sanctions sous forme d’amendes aux contrevenants à cette mesure. Mais la démarche semble n’avoir pas porté des fruits si l’on s’en tient à la situation d’insalubrité actuelle des villes du pays. Aussi, la société Clean Africa payée par l’État pour débarrasser la capitale de ces déchets peine à remplir son contrat.

Comme solution durable à ce problème d’insalubrité, le gouvernement avait décidé de transférer la gestion des ordures ménagères et de la lutte contre l’insalubrité aux mairies d’arrondissement. Le ministre de l’Intérieur avait annoncé l’entrée en vigueur de la loi attribuant désormais la gestion des ordures ménagères aux maires d’arrondissements. D’après les autorités, les mairies devraient d’ailleurs mieux organiser la collecte des ordures ménagères pour qu’elles ne jonchent plus les rues comme c’est le cas actuellement dans le Grand Libreville.
Brice GOTOA

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2023 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision