Infrastructures : Owendo Bypass, une route pour faciliter les échanges commerciaux entre l’intérieur du pays et le port d’Owendo.

Infrastructures : Owendo Bypass, une route pour faciliter les échanges commerciaux entre l’intérieur du pays et le  port d’Owendo.
La construction de la route à péage de contournement « Owendo Bypass » pourrait apporter multiples avantages aux populations et aux opérateurs économiques. Cette nouvelle route reliant le port d’Owendo à la Zone économique spéciale (ZES) de Nkok, tout en contournant Libreville, permettra un gain de temps et une réduction du coût de consommation de carburant aux usagers.
Le projet de construction de la route baptisée «Owendo Bypass » est une infrastructure qui devrait apporter au Gabon plusieurs avantages. Cette route de contournement à péage, d’environ 17 km de longueur, connectant la route nationale 1, par le PK15, la zone économique spéciale de Nkok et la commune d’Owendo va permettre de réduire la distance. Ce qui renverra à une réduction des dépenses de carburant et par conséquent une baisse du coût de transport des marchandises acheminées dans le Grand Libreville.

« Une analyse sommaire des consommations de carburant fait ressortir que pour relier le port d’Owendo à partir du PK15, le nouveau tracé permettra d’économiser environ entre 2 000 à 3 000 FCFA pour les poids lourds, et entre 1 000 à 1 300 FCFA pour les poids légers par rapport au trajet actuel beaucoup plus long qui intègre la voie express et l’échangeur du PK5 », indiquent les autorités.

Owendo Bypass va réduire les coûts de transport des marchandises et des accidents. Selon ce Focus, cette route réduira par la même occasion l’impact environnemental des poids lourds et légers ainsi que les risques accidentels en zones urbaines. « La nouvelle route récupérera la totalité du flux fret routier (poids lourds, remorques et semi-remorques) provenant de la ZES de Nkok à destination du port d’Owendo et inversement », ajoute la même source. La nouvelle route permettra aussi de récupérer une partie du flux de transport de marchandises de courte distance (véhicules de livraisons commerciaux) entre la nationale 1 et la zone d’Owendo (Akournam, cité SNI, zone portuaire…).

D’après le fonds d’investissement spécial RISE (Regional Investment Supranational Entity), le projet permettra une plus grande fluidité du transport urbain. Mais aussi une optimisation de l’évacuation vers le port d’Owendo des produits issus des filières stratégiques mines et bois. Une aubaine pour le transport des grumes et du manganèse.

Actuellement, le transport des produits d’exportation vers le port d’Owendo se fait par le chemin de fer et la route, en passant par la Route nationale 1 puis la voie express, via le PK5, en direction d’Owendo. Ce qui représente un linéaire de 30 km à partir du PK15. Cela est beaucoup plus long que la voie Owendo Bypass, et les échanges pourront ainsi rapidement se faire sur ce trajet de contournement de la ville.

Le projet intègre deux tronçons de 12,5 km et de 5 km

Le projet d’Owendo Bypass qui s’inscrit dans la bataille 10 du Plan d’accélération de la transformation (PAT 2021-2023) intègre deux tronçons. « Un tronçon d’un linéaire d’environ 12,5 km en 2x2 voies, reliera la zone du PK15 à Owendo dans un périmètre situé autour du carrefour SNI, qui sera défini à l’issue des études, et un second tronçon d’un linéaire d’environ 5 km en 2 x 1 voies, reliant cette nouvelle voie à la Zone économique de Nkok », renseigne le Focus Owendo Bypass. Le Rise s’engage à investir la somme de 60 milliards de FCFA pour la construction de cette route à péage. Ce fonds a été créé dans le cadre d’un partenariat entre l’État gabonais représenté par le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), et la Banque Islamique de développement.

Le cabinet SCET Tunisie a été retenu en tant que bureau d’études pour ce projet routier. Il va réaliser des études de terrain en vue du démarrage des travaux de construction de la route à péage de contournement « Owendo Bypass ». SCET Tunisie a été sélectionné suite à un appel d’offres international restreint, le cabinet sera chargé de la réalisation des études de conception, des études d’impact environnemental et social et d’une mission Système sécurité incendie (SSI). Des études qui permettront « d’assurer la faisabilité économique, financière, juridique, environnementale, sociale et technique de l’infrastructure », rassure la société RISE.

Le contrat de pré-concession a été signé le 1er septembre dernier entre l’État gabonais et le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) et sa filiale RISE. Cet accord permet à la Société d’aménagement du Grand Libreville (SAGL), créée par RISE pour le développement de ce projet, d’investir dans toutes les études nécessaires à sa concrétisation. « Ce projet met en avant la capacité du gouvernement à mobiliser des mécanismes innovants pour la mise en œuvre du Plan d’accélération de la transformation », a indiqué Léon Armel BOUNDA BALONZI, ministre des Travaux publics, de l’Équipement et des Infrastructures.
Brice GOTOA

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision