Football : Les Panthères à Banjul, chronique d’un mauvais accueil annoncé.

Football : Les Panthères à Banjul, chronique d’un mauvais accueil annoncé.
Il aurait fallu un miracle pour que le tapis rouge soit déroulé aux Panthères, l’équipe de football du Gabon, lors de leur arrivée à Banjul, en Gambie, le 15 novembre 2020. À demimots, la foudre était promise aux Gabonais. La faute à une suspicion de falsification du test Covid-19 du joueur gambien Sulayman Marreh, qui a été testé positif au Sars-Cov-2 avant le match aller au Gabon. Les réseaux sociaux gambiens et même certaines voix autorisées se sont ainsi enflammés, accusant le Gabon d’avoir manoeuvré pour empêcher leur joueur de participer à la rencontre perdue 2 buts à 1 par les Scorpions à Franceville. Le calvaire vécu par les Gabonais dans la capitale gambienne s’est apparenté à une forme de vengeance visant particulièrement le capitaine des Panthères.
Les images sont à peine croyables. Le Onze gabonais et l’ensemble du staff de la sélection nationale, le ministre des Sports y compris ont passé la nuit du 15 au 16 novembre 2020 à l’aéroport de Banjul. Pierre-Emérick Aubameyang et ses coéquipiers s’y sont rendus pour le match retour comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations devant se tenir au Cameroun l’année prochaine. La stupéfaction, l’indignation et des réactions ne se sont pas fait attendre aussi bien des supporters, des sportifs que des politiques. La plus attendue était manifestement celle de la Confédération Africaine de Football (CAF), afin qu’elle prenne les décisions qui s’imposent au regard des faits et des attitudes des autorités gambiennes.

Le communiqué de l’organisation ne s’est pas fait attendre non plus. « Le Secrétaire général de la CAF a clairement déploré cette situation malheureuse avant d’informer les deux parties de sa décision de saisir les instances disciplinaires en vue d’examiner les causes de cet incident, d’en établir les responsabilités et d’appliquer les sanctions conséquentes », lit-on dans le communiqué de la Confédération. Toutefois, en dépit de cette diligence dont ont fait montre les instances du football africain, quelques zones d’ombre subsistent, qui interrogent notamment la véritable détermination de la CAF et sa réelle capacité à juger de l’affaire sans faux-fuyant.

En effet, à quoi peuvent bien correspondre les « sanctions conséquentes » brandies par la CAF ? La Confédération saura-t-elle faire fi du « politiquement correct » dont se revêt souvent cette instance internationale ? Pourra-t-elle décider de faire rejouer le match ? À défaut, retirer des points à la Gambie ?

La suite des éliminatoires se fera désormais sur fond d’incertitudes, car l’accueil réservé aux Panthères à Banjul inquiète des équipes comme l’Angola ou la RDC. Surtout qu’elles vont jouer des matchs retour décisifs pour les Scorpions. La CAF, tout en acceptant la saisine du Gabon qui attend une sanction autre que financière, sera l’objet de toutes les attentions des fédérations des pays ci-dessus cités.

En attendant, avec sept points et un goal-average défavorable, le Gabon occupe la 2ème place du groupe derrière la Gambie, mais devant la RDC et l’Angola.

Pour rappel, l’équipe nationale de football du Gabon est restée bloquée dans le terminal de l’aéroport de Banjul de 23h à 6h30. Les agents de polices gambiens avaient refusé de prendre en compte les tests Covid-19 présentés à l’aéroport par la délégation gabonaise.
PNM

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision