Banque : La CEMAC à nouveau confrontée à la surliquidité.

Banque : La CEMAC à nouveau confrontée à la surliquidité.
Alors même que de nombreux projets structurants de la sous-région sont confrontés à l’absence de financement, au point que des partenaires internationaux sont mis à contribution pour pallier ce manque, un rapport de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a révélé le 24 mars 2022 que la surliquidité bancaire au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) est de 1 450 milliards de FCFA.
Rien de nouveau. Les banques présentes au sein de la zone CEMAC sont une fois de plus en situation de surliquidité. Un rapport de la BEAC rendu public le 24 mars 2022 révèle que les 50 établissements bancaires que compte la sous-région de l’Afrique centrale ont un excédent estimé à 2,5 milliards de dollars, soit 1 450 milliards de FCFA). Ce chiffre, précise-t-on, est basé sur l’indicateur des réserves.

Cet excédent bancaire est réparti entre les banques et les Établissements de microfinances (EMF). Il s’agit, précise la BEAC, de 1,7 milliard de dollars, soit 1 050 milliards de FCFA détenus par les banques et 670 millions de dollars (400 milliards de FCFA) pour les EMF. L’institution bancaire panafricaine juge incompréhensible cette situation contre laquelle plusieurs initiatives ont déjà été menées. En attendant, de nombreux projets structurants de la sous-région sont confrontés à l’absence de financement, au point que des partenaires internationaux sont mis à contribution pour pallier ce manque.

Vers une nouvelle reprise des liquidités ?

Pour faire face à la situation de surliquidité des banques, la BEAC a plus d’une fois procédé à des opérations de reprise de liquidités. En décembre 2021, alors que la crise sanitaire due à la Covid-19 frappait encore durement les économies des pays de la CEMAC, l’institution bancaire avait annoncé devoir récolter auprès des banques commerciales 50 milliards de FCFA (soit plus de 86,2 millions de dollars). L’objectif affiché était de combattre l’inflation dans la zone.

Contrairement à la démarche inverse consistant à procéder à des injections de liquidités dans des banques désireuses de satisfaire leurs besoins de financement des économies, cette opération de prélèvement vise, explique-t-on, à soulager les banques commerciales en situation de surliquidité, susceptibles d’injecter plus de fonds dans le circuit économique que nécessaire au risque d’engendrer des tendances inflationnistes sur le marché sous-régional.

Seulement, en mars 2020, ces opérations de reprise de la liquidité bancaire avaient été suspendues. Il fallait en effet atténuer les effets néfastes de la Covid-19 sur les économies de la CEMAC.
DLG

Autres articles

Image

A propos de nous...

Le succès en communication réside dans la synergie entre différents moyens de passer le message et de faire connaître le produit. Individuellement, ces moyens ont tous une bonne efficacité, mais mis ensemble ils décuplent les résultats.

Contactez-Nous : infoenomag@gmail.com / +241.77.65.75.75

SUIVEZ NOUS

© 2022 Enoromi Magazine. Tous droits réservés
*********
Magazine publié par Services Prestiges International
*********
OBS Vision